Portland,1.

Portland24

+

Des vélos ça et là le long de la Willamette River. Début août 2015, durant le Bridge Pedal week end de

Portland, Oregon.

+

C’est difficile de vous résumer Portland car on y est restés peu de temps, mais ce que je peux dire d’emblée c’est que cette ville m’a plutôt emballée. Son atmosphère cool, la sympathie de ses habitants, le dynamisme de son business – Portland est le berceau de plein d’entreprises locales qui se défendent – je pense que c’est un peu le mélange de tout ça qui a fait que l’on s’y est bien senti. Lire la suite

Clichés

PortraitKyoto

Cérémonie du thé. Kyoto 2013.

+

C’est en (re)triant des photos de notre voyage au Japon en août 2013 – deux ans déjà – que j’ai eu envie d’écrire cet article. Je suis en train de me confectionner un book de photos en ligne, qui sera en partie porté sur la photo de voyages puisque c’est par et pour le voyage que je me suis mise à photographier.

J’ai donc rouvert ce dossier « Japon 2013 » sur mon ordinateur, un de ceux qui m’a laissé de chers souvenirs indélibiles et bizarrement encore assez frais dans ma mémoire ( j’y tiens beaucoup, je suis très japon en ce moment). Et là, ce que je me souvenais beaucoup moins, c’était la pléthore de clichés que nous avions pris alors pendant le séjour. Comme tout le monde, cette surabondance d’images numériques restent là planquées dans mon disque dur, et ne voient pas le jour. J’en ai posté certaines, et je suppose que c’est parce ce que j’étais noyée sous cette nuée que finalement j’en ai tiré celles qui à ce moment là, m’ont parues les plus pertinentes pour aborder notre itinéraire japonais.

+

TokyoQuartier copie

 Tokyo, août 2013.

+

Cependant à les revoir, je trouve ça extrémement dommage de ne pas en avoir mis plus à en avant. Elles ne sont pas franchement parfaites ( les heureuses sélectionnées pas tellement plus d’ailleurs ), mais certaines ont quelque chose d’intéressant à montrer. Elles rappellent, évidemment, des instants; des endroits qu’on a vus et aimés, mais aussi elles montrent une réalité telle quelle. Je retouche très peu mes photos. Un coup de lumière sur l’ensemble au besoin, un léger recadrage s’il faut mais je considère que certaines choses ne se rattrapent pas et que si la photo est ratée, bah tanpis elle est ratée ! C’est le jeu de la photo ma pauvre Lucette. On peut passer trois heures à enlever un réverbère qui nous parait gênant, tenter de réequilibrer la colorimétrie, mais si elle n’est pas bonne, ça ne la fera pas devenir un bon cliché. Au mieux, une photo pas trop mal qui peut trouver son utilité biensûr, être jolie à regarder…

Plus je prend des photos, plus mon approche photographique change. J’aime qu’elles soient franches et ne trichent pas ( trop ) avec la réalité. Je veux dire pas là, que notre oeil fait déjà ce travail de sélection dans le choix du sujet et la technique de la prise de vue. Ce qui la rend à mon sens déjà tant subjective. J’aime quand on a un regard discret sur les choses qui nous en entourent et qu’on ne cherche pas à « embellir » cette réalité. Au contraire, je cherche à fuir cette impression de la photo sans défaut – face à l’overdose de photos-bonheur que l’on trouve partout sur Instagram.

C’est bien qu’il y ait des petites imperfections, et c’est bien de réussir à reconnaître qu’une photo d’une personne qu’on a prise spontanément avec un léger flou a plus de caractère qu’une carte postale de coucher de soleil chiant à mourir … Je me vois évoluer dans le regard que je porte sur la réalité depuis mes toutes premières photos avec un appareil Canon argentique que mon chéri m’avait offert quand j’étais encore étudiante, c’est pour dire si ça remonte – c’est amusant. Je me rend compte que je continue d’évoluer sur le type de photos que je prend, sans pouvoir vous dire quel « style » elles ont, je ne suis pas capable de définir ça, et je m’en fiche. Ce qui est sûr, c’est que je ne prendrai pas du tout les mêmes prises de vue maintenant si je pouvais remonter le temps  🙂

Sans doute parce que je recherche encore des perspectives nouvelles offertes par nos deux appareils chéris, un Canon 5D et récemment un Leica M. Diamétralement opposés, mais avec des possibilités à l’infini. Je les aime d’un amour fou ( eheh un amour matériel biensûr ! ) et je compte bien continuer à faire des photos, dès que j’ai un peu de temps et même si c’est pas à l’autre bout du monde :). Et puis notre petit Victor est sûrement le sujet le plus inspirant que je n’ai jamais eu !

+

Cannon Beach ♡

Cannon1

+

Haystack Rock à Cannon Beach, un autre coup de coeur de cet été.

+

On continue notre voyage le long de la côte pacifique des Etats Unis… Voici une petite station balnéaire canon et très cool de l’Oregon : Cannon beach

 +101, scenic coastal road+

PacificBeach1

QuileuteSupermarket

PacificBeach2

+

Quelques mots sur la route entre l’Olympic park jusqu’à Cannon beach. Nous sommes partis sur la 101 presque à regret de notre lodge sur la plage de La Push, une très belle plage sauvage de l’Olympic national park. La route prend environ 4h30, et vaut absolument la peine d’être parcourue. Il s’agit d’une route costale scénique entre pins et plages sauvages avec des arrêts bien arrangés pour faire une pause photo ou juste respirer l’air iodé à plein poumon.

En pleine saison estivale, on ne peut pas dire que les touristes se bousculent au bord de l’eau. La raison principale est sans doute la température bien froide de l’océan pacifique nord, il faut être un peu foufou pour se jeter à l’eau, avoir perdu un pari ou être un surfeur avec une bonne combi. Et puis, l’Amérique est un pays immense, il y a beaucoup de stations balnéaires plus au sud qui attirent les foules.

Nous avons fait un stop à Ruby beach un peu plus au sud. C’est magnifique, il faut pouvoir se garer cependant, pour descendre jusqu’à la plage par un petit sentier.

+

RubyBeach1

+

+Lake Quinault+

A 1h30 au sud de La Push, le Lake Quinault est un grand lac plutôt planqué au milieu d’une abondante forêt, où se situe un charmant petit village avec de grosses baraques en bois. Egalement situé dans une réserve indienne, c’est un site protégé et reposant. On s’est arrêté déjeûner au Lodge du même nom, un énorme bâtiment qui donne vue sur une grande étendue verte donnant jusqu’au lac. On se croirait carrément dans Dirty Dancing, vous savez on ne laisse pas bébé dans un coin ( bon, ok ok chez les indiens… ), mais il fallait voir la vue sur l’extérieur, c’était presque ça 🙂

L’intérieur du lodge est fait tout de bois et de pierre avec cheminées et trophées de chasse. C’est chaleureux et l’option d’un dej. ( voir d’une nuit sur place ) est plutôt chouette quand on descend par la 101.

De toute façon, je vous remets le lien des hébergements de ce type dans l’Olympic National Park si ça vous intéresse, ils sont vraiment chouettes, c’est par ici.

+

LakeQuinault5

LakeQuinault7 LakeQuinault6Crédits photo : http://www.olympicnationalpark.com

C’est l’occas’ de sortir sa brochette de marshmallow.

LakeQuinault3

LakeQuinault1

LakeQuinault2

+

+Cannon Beach+

Les photos du Haystack Rock ne vous rappellent rien ? C’est dans The Goonies ( film datant de 1985 ) qu’on aperçoit cette superbe plage. Enfin bon quoi, Choco ça ne vous dit rien ?

En tout cas, il fait partie de ma filmothèque de jeunesse, et j’étais impatiente de me retrouver sur les lieux de l’histoire – je sais, c’est digne d’une enfant de 5 ans – justement j’avais cet âge quand le film est sorti. L’aventure commence dans la petite bourgade d’Astoria, ville accrochée sur les bord de la Columbia River que vous traversez via un immense pont en entrant dans l’Oregon et en laissant derrière vous celui de Washington. La panorama est très beau, dégagé et la ville vaut un petite pause qui tombe à pic après quelques heures de route. Pourquoi pas pousser jusqu’à la maison des Goonies 🙂

On arrive après 45 minutes supplémentaires de route à Cannon Beach. La ville est calme, il fait plutôt beau avec un vent frais et nous nous installons tranquillement dans notre appart-hotel. Avec juste un petit soucis; notre terrasse avec vue sur le rocher se situe juste entre une chambre avec deux doberman et une autre avec un caniche, ce qui m’a valu de ne pas profiter de la terrasse tellement j’étais flippée que les gros chiens règlent son compte au petit roquet ( = vitres fermées tout le temps – je devrais préciser que, dans un élan d’énervement, les molosses auraient pu aisément sauter de terrasse en terrasse car les séparations n’étaient pas plus hautes qu’un petit mètre de haut ). Bon, sur le principe de l’hôtel pet friendly moi je n’ai rien contre einh, mais ça aurait été plus malin de nous mettre en dehors d’un probable règlement de compte canin, surtout avec un bébé.

Sinon la formule chambre avec kitchenette et lit escamotable est top quand on a un enfant. Ca laisse davantage d’espace quand on vient s’étaler avec sa valise et toutes les affaires de son rejeton. Ça nous a aussi permis de dîner tranquillement sans sortir mais en profitant du coucher de soleil ( derrière nos vitres ahah ahah ). Le lendemain soir nous sommes quand même descendus sur la plage de nuit, armés de notre porte bébé et marchant de feux de camps en feux de camps ( à la recherche de marshmallows grillés peut être ??), mais avec le vent frais mais alors bien frais, on a fini par revenir doucement à notre appartement entre-deux-chiens.

+

cannon34

cannon33

cannonfog2cannon6

cannonFog cannon49

cannonBird1

Cannon32

Cannon8

Cannon3

cannon4cannon31+

Au premier matin, nous avons foncé sur la plage au pied du Haystack Rock car la marée permettait de s’approcher très près. C’était magnifique, la brume d’été qui stagnait depuis le lever du soleil s’est évaporée de façon sporadique mais ensuite totalement. La lumière et l’atmosphère étaient magiques. Un vent bien frais a continué de nous attaquer le visage #complimetarylifting. On avait du mal à garder les yeux ouvert avec toute cette luminosité, je crois que ça se voit sur les photos. Victor commençait à ronchonner dans sa poussette, il en avait assez d’être baladé dans le sable humide avec les roues de son carrosse qui s’enfonçaient.. Pour la première fois il a mangé du sable.

Le petit centre ville de Cannon beach est assez agréable, les maisons et commerces se ressemblent avec leurs façades en écailles de bois et leurs cocardes aux couleurs de l’Amérique tel un 4 juillet quotidien. Il faut dire qu’aux Etats Unis le patriotisme est partout…

La seule agitation de la journée est sans aucun doute les enfants ( et leurs parents ! ) qui se ruent dans les boutiques de bonbons et chocolat du petit downtown. Ou peut être tôt le matin, quand les promeneurs de chiens sortent et que les caféinomanes font la queue pour leur latte. A Cannon beach il y règne une sympathique ambiance de vacances. Je tiens à préciser que le syndicat d’initiative ne m’a pas payé pour parler comme ça. Nous avons juste beaucoup apprécié le coin, sa quiétude, sa simplicité, son joli rocher …

+

cannon44

cannon48

cannon5

cannon40

cannon45

cannon50

cannon25

cannon42

+

Ci dessus, un des nombreux magasin de bonbons avec même une fabrique de pomme d’amour au chocolat sur place ! #lieudeperdition

+
cannon29

cannon36

cannon41

Cannon15 cannon2

Cannon16

Cannon19

cannon52

cannon51

+

Magasin de cerf-volants. Il faudra revenir avec notre petit chou dans quelques années !

+
cannon23

cannon21

+

Brunch au Lazy Susan.

+
cannon22

cannon26

Cannon24

Cannon14

+

Slow

LaPush7

+

Dernièrement je vous ai dit que nous avions passé de chouettes vacances aux Etats Unis, sans avoir « fait » TOUT ce que font les touristes quand ils découvrent les lieux armés de leur guide. Avec un enfant, on n’a plus trop envie d’aller à un rythme soutenu, car c’est éreintant, ou simplement, à force de voyages ( vous vous en rendez compte dans la catégorie Carnets de voyage ), ou peut être est ce l’âge ( ahahaha ). Quand même. C’est vrai, je ne suis plus la même voyageuse aujourd’hui qu’hier.

Je ne dis pas qu’avant je découvrais des villes et des campagnes au pas de courses, mais j’avoue que j’aimais nous préparer un petit listing de tout un tas de choses intéressantes à voir avant même de partir. On ne part tous les jours au Japon ou aux Etats Unis ! Je voulais profiter d’un max. de choses, faire pleins de découvertes, m’inspirer à fond d’une culture différente, comme une boulimie de nouveautés. Comme si ça allait rendre mon voyage plus enrichissant. Et comme j’aime par dessus tout prendre des photos, à chacune de mes arrivées dans un nouvel endroit le fauve était lâché :). Jusqu’à parfois faire perdre patience à mon chéri, car il faut reconnaître que c’est plutôt pénible de suivre une personne qui ne décolle pas son oeil d’un objectif. J’exagère un peu, mais pas tant que ça.

Bref, je n’avais plus envie de faire de mes voyages des missions reportage-photo, et puis de toute façon des 3000 prises de vue de chaque vacances, la moitié part à la poubelle ( ou pire, continue d’encombrer le stockage de mon ordinateur ), le vingtième est retouché et placée dans une pochette de photos réussies, qui alimentent ensuite mon blog et/ou Instagram, une dizaine est envoyée à la famille et aux amis, et .. aucune n’est imprimée !- c’est bien connu, l’air du numérique fige la photo à l’état de fichier. Bref, j’apprends à me concentrer ma passion sur des temps plus courts, en certains lieux plutôt que de la mitraille permanente.

Et globalement, il en va de même pour ce qui est des visites et des activités « prévues ». J’ai appris à sélectionner les endroits en fonction de nos contraintes ( voyager avec un bébé ) et de nos envies. Je prévois moins de choses, mais des choses qui nous font vraiment plaisir, même si elles ne font pas absolument parties des « places to see ». Déjà, lors de notre séjour au Japon il y a 2 ans, nous n’avions visité ni le Temple d’Or de Kyoto et ni le fameux marché aux poissons de Tsukiji de Tokyo connus pour être incontournables ( certains diraient que c’est comme aller à Paris et ne pas aller voir la Tour Eiffel ). Cela ne nous a pas empêché pour autant d’apprécier hautement la culture japonaise. Et ça donne un prétexte pour y retourner tiens.

Aux Etats Unis, je me suis d’autant plus rendue compte qu’il était plus enrichissant de voyager pour vivre le moment présent et non pour prendre des photos qui veulent raconter cet instant.. qui en fait nous font parfois passer à côté. Et puis, comment ne pas être absorbée par sa petite famille pour ce premier grand voyage ensemble ? Les souvenirs de ce voyage sont fantastiques et vont bien au delà des photos. Je n’ai pas du tout envie de vous présenter un guide de la côte Pacifique, un compte rendu. D’autres le font mieux que moi. Mais j’essaie de partager ce bel itinéraire avec vous de la façon la plus sincère.

+

Hoh Rainforest

Hoh34+

Hall of Mosses, Hoh Rainforest.

Olympic national park.

+

Voilà que nous continuons notre voyage à travers la beauté sauvage et méconnue de l’Olympic park !

A deux pas de notre point de chute chez les indiens d’Amérique du Nord Ouest, la forêt protégée et monumentale de l’Olympic park est un endroit incontournable où se rendre quand on est de visite dans la région. Nous avons passé une très chouette journée à découvrir un extrait de nature exceptionnel en remontant les trails de la Hoh Rainforest. S’il y a bien des balades à privilégier là-bas, ce sont bien celles-ci : le Spruce Trail et le Hall of Mosses, qui se complètent.

Les chemins sont faciles et sont ouverts à tous. Avec la poussette de Victor, on a pu se déplacer facilement sur les chemins, même le second est plus tortueux et boueux que le premier. ( Monsieur a porté à certains endroits..) Mais pas de grande difficulté en général. C’est très bien balisé, on ne risque pas de se perdre ( on est aux us ne l’oublions pas ). Le mieux est de faire comme nous, d’aller au Visitor’s center et de voir selon les conseils d’un ranger. Ils ne vont lanceront pas sur une piste casse gueule.

Il y a aussi un trail plus long de 6 ou 7 km- dont je ne me souviens plus du nom – où là ça commence à ne plus blaguer, il faut partir avec votre baluchon de barres de céréales, vos gourdes et vos chaussures de marche. Si on avait été moins en mode vacanciers à la cool, on aurait pu s’y aventurer avec le porte bébé. Pour la prochaine fois 🙂

+

Hoh1Le Hard Rain café qui porte bien son nom. C’est le dernier endroit où vous pourrez trouver à manger avant d’arriver dans la forêt. Ils proposent entre autre des burgers de saumon et de très bons fish&chips. Autour on y trouve des petites cabins en bois un peu étranges .#serialkiller

+Spruce Trail+

Ce sentier est plus sec que l’autre, il longe en partie la Hoh River et offre une très jolie vue dégagée sur les montagnes. On l’a fait en premier, à contre sens pour éviter un peu les gens. C’était pas extrêmement fréquenté, mais c’est toujours agréable. La canopée est si haute qu’on ne l’aperçoit parfois même pas. On y trouve les espèces suivantes : Sitka Spruce ( épicéa de Sitka ), western hemlocks, Coast Douglas-fir, ( conifères du Pacifique Nord ), western redcedar ( cèdres rouges du Pacifique ), maples ( érables ),  cottonwood … ( peupliers d’Amérique ).

Certaines espèces atteignent presque 100 mètres de haut ! Edward Cullen descend de ces arbres 🙂 En tout cas c’est magnifique !

Hoh13

Hoh17

Hoh11

Hoh12

Hoh8

Et au milieu coule une rivière.

Hoh6

Hoh10

Hoh16

Hoh24

Hoh5

+

+Hall of Mosses+

Là on entre dans un environnent presque surnaturel. Le second trail est assez différent du premier, une histoire d’ancienneté de rives et de niveaux d’eau. Hall of Mosses a été naturellement préservé tel quel, on peut donc observer une des rares forêts pluviales intactes, comme il y en reste si peu sur notre belle planète. C’est très beau, à la fois gracieux et inquiétant. Un endroit extraordinaire qui fait penser à un conte de fée, et son contraire :).

Je craignais un peu la chasse aux moustiques mais bizarrement non, malgré le taux d’humidité. On peut alors profiter de se rouler par terre sur la mousse pleinement de cet endroit sans être en alerte piqûre.

Pour les grands fans de nature et de grands arbres ( encore plus que moi ! ), il est possible de camper directement à l’entrée du parc, où ont été aménagés des emplacements prévus à cet effet. Depuis Fork, comptez 45 minutes de route.

+

Hoh28

Hoh7

Ouhh.. il parait que le coin n’est pas très sûr. J’me planque.Hoh35

Hoh30

Hoh36

Taille de fourmiHoh32

Même pas peur 🙂

Hoh20

Hoh29

Hoh14

Hoh33

Hoh22

Hoh31

Hoh37

Hoh26+