Séoul * Contrastes

Donc Séoul. Rentrons un peu plus dans le sujet à présent.

En fait, je pensais qu’à mon retour de Corée je serai fraîche et disponible pour vous raconter un peu les jolies choses que nous avons pu voir là-bas au pays du chou ( Kimchi ! ).

Hélas .. ma tête était à l’arrivée au stade d’oeufs brouillés, et un bon retour parmi le monde réel ( celui des gens pas en vacances ) ne s’achève pas sans sa dose de messages et de mails non lus, mon Iphone en a vomi au retour du voyage, pour cause d’ignorance assidûe des opérateurs locaux.

De ce voyage peu commun en Asie de l’Est, il me restera en mémoire un pays encore très attaché à ses traditions, qui contraste avec la modernité grouillante de la ville, la construction frénétique de buildings qui remplissent presque le paysage à perte de vue..  au petit matin les embouteillages reprennent – et ils n’ont même peut être jamais cessés de la nuit – et le regard se perd dans la brume au loin qui couvre les immeubles ( ohh que je suis inspirée – mais non c’est la photo de dessus, elle est vraiment jolie et représentative non ? ). Il restera aussi la gentillesse des coréens, qui n’hésitent pas à dégainer leur portable ou leur ordinateur pour vous montrer technologiquement votre chemin.

Ce n’est pas les panneaux qui vont vous aider. Beaucoup ne sont pas traduits en anglais. On est donc plongés dans une sorte de marée de hiéroglyphes, tous plus énigmatiques les uns que les autres pour nous petits occidentaux perdus. C’est le vrai premier soucis qui vous tombe dessus quand vous arrivez là bas ( et dans certains autres pays asiatiques aussi ). Se repérer. D’ailleurs, malgré mes nombreux voyages, c’est la première fois que je ne suis pas arrivée à me repérer dans une ville ( et pas parce que je suis une fille einh, bande de mauvaises langues ). Les taxis pouvaient donc nous balader où ils voulaient, faire des pâtés de building à répétition, je n’en aurai absolument rien vu.

Heureusement dès le début, notre ami français nous avait préparé une fiche pratique de survie pour le lâcher sauvage après l’aéroport. D’abord, se procurer un téléphone portable pour les communications locales  » Allô.. je suis perdue.. « , c’est beaucoup moins cher que d’utiliser le sien vous pensez bien. Ensuite, prendre un taxi officiel ceux où il y a marqué Séoul Centre ville avec une indication du prix de la course – ça parait bête comme ça, mais avec le décalage horaire, même les choses les plus simples demandent un chouia plus de réflexion et de temps.

L’hôtel où nous crêchions était de type international, histoire de garder un port d’attache, et de commencer la journée par un copieux petit déj continental ( et éviter ainsi le poisson cru ou frit ou un autre truc bizarre dans le genre ). Il y avait aussi cette vue magnifique sur la ville depuis la chambre dont j’ai eu du mal à me défaire de tout le séjour. Ca m’a rappelé Lost In Translation, on pouvait aussi venir se coller à la grande baie vitre et venir lécher le verre. Magnifique, en tout cas.

Le premier jour après une heure d’embouteillages, nous sommes donc arrivés à l’hôtel, on a posé nos affaires et on est parti à la piscine dormir. Enfin, nager un peu et surtout dormir. Nos paupières étaient lourdes, lourdes ..

Le soir nous avons fait un petit tour dans un quartier de boutiques d’artisanat et maisons de thé, logés dans des petits cubes contemporains tous de facture différente mais restant à échelle humaine; Insa-Dong et les petites rues adjacentes. J’ai mis quelques photos dans le premier billet et biensûr en dessous. On s’est arrêté prendre un thé dans une maisonnette en bois avec un toit pagode où tout était en pin, on se serait cru dans une faille spacio temporelle car on n’entendait plus les bruits de la rue. Assis par terre sur des petits coussins, tout est devenu si calme d’un coup ..

J’ai pris le seul thé dont j’arrivais à identifier l’ingrédient principal; avec du ginseng. Bon, on m’a servi une marmite de thé qui était en fait à la chataîgne, assez épais et très sucré, mais très bon. Je n’ai évidemment par retenu le nom. Je n’avais plus très faim non plus pour le repas qui allait suivre, un plat national dont raffolent les coréens; le Bibimbap ! ( photo plus bas, avec l’oeuf au milieu, du riz dessous, des légumes dessus parfois de la viande ). Le restaurant traditionnel proposait aussi le Bulgogi un plat très à base de viande avec des légumes, des épices ..  délicieux, j’ai quand même pas mal apprécié.

Voilà un petit mix de photos, pas forcément avec un ordre mais avec l’inspiration du moment  !

Allez, la prochaine fois je passe la seconde ( journée 🙂


8 commentaires sur « Séoul * Contrastes »

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s