La forêt de notre imagination

Dans notre enfance on nous a encouragé à lire des contes, qui véhiculent une partie de notre culture et surtout nous ouvre l’imagination. Pour qu’ensuite nous nous vous inventions des mondes extraordinaires avec un château, des histoires alambiquées, un prince charmant sous le coude, et pour ma part toujours une forêt enchantée. J’ai toujours pensé que c’était le lieu où les choses bonnes et mauvaises arrivaient, qu’elles commençaient ou finissaient, naturelles ou surnaturelles. Dans tout conte la forêt est lieu de légendes, rituels, apparitions, étrangetés, mais aussi synonyme du merveilleux.

Depuis, l’eau a coulé sous les ponts, et j’ai rarement lu beaucoup d’ histoires me transportant autant que les contes de mon enfance. Mais je suis tombée récemment sur Autre Monde, la trilogie toute fraîche de M.Chattam. Après « Le 5ème Règne  » auquel j’avais adhéré très facilement ( un rien des Goonies, qui ne s’en souvient pas ? ), ce livre raconte un monde où la nature a repris le pouvoir sur les hommes, visité par un groupe d’adolescents en quête de réponses sur les changements de cet environnement aussi fabuleux que remplis d’épreuves. Ca fait du bien de replonger dans des univers comme celui ci. De réveiller notre âme d’enfant, de laisser courir notre imagination.

 » We must cultivate our garden », j’aime beaucoup cette phrase, c’est tout à fait vrai, n’est ce pas ?

Extrait de Malronce ( Autre Monde ) de Maxime Chattam  « Miel, spores et chitine  »

« Ils s’élancèrent d’un pas pressé, multipliant les regards alentour. Cela faisait à peine cinq minutes qu’ils avaient quitté les grands artichauts à miel lorsqu’un spectacle magnifique se découvrit à eux.

Les rares rayons du soleil qui parvenaient à traverser les cimes faisaient miroiter des milliers de bourgeons dorés le long des plantes plafonnant à trente ou quarante mètres et qui ressemblaient à d’immenses tulipes mauves. (…) A bien y regarder, il s’agissait de spores jaunes en forme de petite ancre, pas plus grande qu’un piolet d’escalade. Ils se mirent à frémir, Matt supposa que c’était à cause du vent.  »

Sources photos

*

Trend : 1_ Installation de Nathan Coley  » There will be no miracles here » / 2_ Françaoemartin  / 3_ e-chan /

4_ Sylviefm31 / 5_ Jay m-j / 6_ Desdibuix / 7_ Installation de Nathan Coley « We must cultivate our garden  » /

8_ Soléa  » Fairy forest » / 9_Mr Wobble.

*

Galerie : 1_ Farawaytrends / 2_ Adraskoy / 3_ Jay m-j / 4_ Katherine / 5_ -antoine- / 

6_ Stonefaction / 7,8_ -antoine- / 9_ e.v.r.i.e.l. / 10_ Katherine / 

4 commentaires sur « La forêt de notre imagination »

  • Brrrr, j´ai du mal à voir le féerique mais plutôt le coté inconnu, effrayant…
    J´ai toujours eu un peu peur en forêt. C´est sombre, il y a des bruits bizarres….

    Et puis le cinéma n´arrange pas la situation ( Blair Witch project, Antichrist et divers thriller où les cadavres des femmes nues sont trouvés dans les sous-bois…). Sans oublier le Petit Chaperon Rouge!!!

  • Clairement, mais c’est cette dualité qui est intéressante; on ne sait pas ce qui peut se passer ( et on imagine le pire ) ..

  • Tu m’as totalement convaincue de lire cette trilogie, je ne connaissais pas cet auteur mais je vais foncer acheter le premier tome pendant les vacances!! Sinon, ta sélection de photos est vraiment sublime, elles évoquent bien ce monde dont tu parles…

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s