Palau Sipadan (1)

 

 

letempsdumatin

Eau turquoise mais brume londonienne

 

 

Deuxième étape : Sipadan, île de Bornéo

  Se rendre à Palau Sipadan est un voyage au long cours, comme je vous l’ai déjà dit dans mon dernier post. Après un vol de 12h, vous prenez un second vol de Singapour à Kuala Lumpur (1h), puis un troisième de KL à Tawau (2h30) – la consonance exotique vous indique que là, ça y est, vous quittez littéralement le monde urbain. Mais il faut ensuite prendre un bus de la ville à la jetée de Semporna ( 2h ) et enfin, un bateau vous attend pour 20 min de traversée jusqu’au Sipadan Kapalai dive resort. ( Que ceux qui sont encore volontaires lèvent le doigt! ).

Mais là, vous ne risquez pas de croiser un troupeau d’américains qui déjeunent en casquette du Hard Rock Café, ou pire, votre voisin de palier, un parisien. Bref, si vous vous demandez pourquoi je m’impose ce trajet, la réponse est simple; les plus beaux récifs et la plus belle faune sous marine sont incomparables à bien d’autres endroits dans le monde. Pour tout ceux qui ne plongent pas, je comprends que faire tout ça pour regarder des poissons nager vous laissent dubitatifs, et vous le serez encore plus en sachant que je me lève plus tôt qu’à Paris ( et que demain pour une excursion exceptionnelle, ce sera départ à 5h30 ). Et tout le monde joue le jeu, sans un pet de retard s’il vous plaît ( euh.. je parle pas pour moi ). Mais si ça n’en valait pas la peine… 

 

Le seul petit soucis, ce sont les nuits agitées que nous passons. Pluies torrentielles façon moussons, orages et vents violents, la nuit ici, c’est super sympa. D’ailleurs tout le monde est d’accord; à 4h du matin tout l’hôtel est réveillé. Le tonnerre résonne sur la mer tout autour. Et rappelons-le, le resort est entièrement sur pillottis ( et raccroché à rien ) et la nuit dernière j’ai senti tanguer notre bungalow au rythme des raffales. Mais, tout ce qui pourrait être vu comme des inconvénients ( baisses de tension électrique, d’eau chaude,  pas de plage ) moi ça ne me dérange pas. Ce qui m’a fait venir ici c’était l’idée de vivre une semaine à la façon des villages malais sur l’eau, en autonomie, en plein milieu de la mer.

Tiens, l’heure du coucher vient de sonner.. je rentre me barricader.

 

 

 

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s